Le Montel de Gelat

Le Montel de Gelat

Situé sur un plateau entre le Cher et le Sioulet, le Montel est une région de vastes étangs : Chancelade, Etang Neuf (aménagé)... à la limite de la Creuse.


Histoire

Le Montel était le centre d'une importante seigneurie. En 1224, elle appartenait à Guillaume, Comte de Clermont. En 1356, elle fut vendue à Guillaume Aubert, propriétaire jusqu'en 1423, date du mariage de l'unique héritière avec Gilbert Motier de Lafayette. En 1738, il passa à Charles Louis de Lorraine par son mariage avec Elisabeth de Roquelaure. Leurs héritiers vendirent le Montel en 1755 pour une grosse somme d'argent à Augustin Dauphin de Leyval.
Le château seigneurial existe toujours mais très remanié. Au XVIe siècle, une tour a été percée de belles fenêtres Renaissance.

Quelques événements importants
Entre 1250 et 1280, le Montel bénéficia d'une charte. Cette franchise permettait aux habitants de ne pas être assujettis à l'impôt "cens" et de charroyer "une vinée" par an ! Le texte de cette charte fut détruite dans l'incendie du château et certainement du village aussi par les routiers anglois qui, vers 1385, ravagèrent toute la région.

XVIIe et XVIIIe siècles
Le Montel était alors une bourgade active : important entrepôt de tabac, huit foires avec une belle halle.verrerie dans la forêt de Roche.

Dauphin de Leyval qui avait acquis la seigneurie en 1757 créa une Mais la grande animation venait du faux-saunage. En 1704 on évalue à 700 le nombre des faux-sauniers autour du Montel de Gelat pour passer leur chargement en Bourbonnais. En 1705, c'est 200 faux-sauniers qui chargent chaque semaine au Montel. Les prisons de Clermont auraient été peuplées en bonne partie par des habitants du Montel !

En 1733, l'intendant de Clermont veut faire le procès de la paroisse du Montel et la condamner pour "n'avoir pas sonné le tocsin sur les bandes de faux-sauniers et transformé l'église en dépôt de faux-sel" !
La Révolution et l'Epoque contemporaine
En 1790, le Montel devint chef-lieu d'un canton de sept communes et, en raison de ses foires, avait 14 auberges. Rien de particulier ne se passa pendant la Révolution. En 1801, le Montel perdit son rang de chef-lieu cantonal au profit de Pontaumur.

Grâce à ses forêts, il fut une terre de maquis pendant la Seconde Guerre Mondiale.


L'Eglise St-Mamert

ETAPES DE CONSTRUCTION DE L’EGLISE
Chapelle romane qui appartenait au château (celle de droite)
De la période des Comte d’Auvergne jusque la famille Aubert, le Montel dépendait de la paroisse de Dontreix. En 1356, le frère de Guillaume Aubert est élu pape sous le nom d’Innocent IV, le Montel est devenu à son tour paroisse.

Rq : avantage d’être paroisse à cette époque : tous les actes administratifs étaient enregistrés dans les paroisses (ce qui explique que l’on a retrouvé des traces écrites concernant cette commune)

L’église fût construite au 16ème.Elle est dédiée à Saint Mamert (évêque mort en1465). Les habitants commencèrent à pratiquer la procession des rogassions suite aux calamités de 1409 (famines,épidémies…), afin d’attirer les bénédictions sur les récoltes. Cette pratique perdure jusqu’au milieu du 20éme siècle.
Le chœur fut construit et le clocher restauré à la Révolution (le chœur n’existait, c’était un mur plat.)
Le clocher actuel date de 1929.


Caractéristiques
Quatre travées
Construction de la deuxième chapelle (orientée est / ouest)
Auparavant, le clocher porche était orienté à l’est
Arcature : mélange granit et pierre de volvic.
Bas relief : - vierge allaitante, scène très rare -
- crucifixion : présence de St Jean et de la Vierge. La position du christ est intéressante
- mouvement d’accueil pour le descendre de sa croix.



SCENE DE LA MISE AU TOMBEAU

Sculpture faisant partie de l’art Troyens (école de Chaource) : reproduction de sépulture bourguignonne de Sémur en Auxois, exécutée en 1490 par Antoine le Moturier. C’est une sépulture flamboyante dans un contexte politique, social difficile.

Sculpture en calcaire, alors que l’église est en granit.
Raison de la présence de cette œuvre rare au Montel (seulement trois ou quatre en France : Salers, Chaource…). On pense que c’est une mise au tombeau faite pour les Lafayette et amenée dans leur chapelle seigneuriale.

Époque de la guerre de cent ans. On remarque d’ailleurs que les visages sont émincés, exprimant une grande tristesse : à la fois pour la mise au tombeau, mais aussi des souffrances de la guerre.

Positions : - au milieu, la vierge Marie : elle porte le nœud de la virginité.
- autour d’elle se trouvent Saint Jean (qui la soutient) et Marie Madeleine (sa robe est mouillée par le parfum versé sur les pieds du Christ)
- sur les cotés, Salomé et Marie de Béthanie - Nicodème (script) sur la gauche et Joseph d’Arimathie (c’est lui qui a fourni le tombeau neuf).
Le christ : a été crucifié avec une couronne d’épines.
On voit aussi les marques des clous sur son corps (pieds, mains…)
La chapelle contient également une sculpture bois de la Piéta datant du 16ème siècle. On notera la disproportion du christ : il est représenté avec un corps d’adulte et des jambes d’enfant. Ceci révèle une double signification : la Vierge tient à la fois le fils de Dieu et son enfant.

Vous pouvez découvrir librement ce lieu : l’église est ouverte tous les jours jusqu’à 18h Mais vous pourrez profiter cet été de visites guidées qui auront lieu Les 12 et, 28 juillet 2005, à 14h30 en l’église du Montel de Gelat.
Source : Mme Françoise MERCIER

Précédent     Suivant